STOP-GAZ

Gaz de schiste : une impasse

Fracturation hydraulique : interdiction en Allemagne comme en France

Ce 21 juin 2016, jour du soleil et de la musique, l'Allemagne a enfin décidé d'interdire la fracturation hydraulique sur son territoire.

La coalition des deux principaux partis au pouvoir n'avait jusqu'ici pas pu trouver un accord sur ce point. C'est maintenant chose faite, mais certaines modalités peuvent encore évoluer.

 

La décision adoptée ressemble fortementà la loi française du 13 juillet 2011.

La fracturation hydraulique est interdite, ce qui bloque de fait toute exploitation et décourage la prospection.

A l'exception, curieusement, des réservoirs de "tight-gas", pour lesquels le fracking serait encore autorisé (gaz de couche compacte : gaz ayant migré de la roche-mère et piégé dans des couches très peu perméables. Aux USA, ce que les medias appellent gaz de schiste est le plus souvent du tight gas).

Des forages expérimentaux peuvent cependant être réalisés, si le Land concerné donne son accord.

Un comité d'experts suivra les réalisations et rendra compte au Bundestag.

Cette décision gouvernementale doit encore être ratifiée par le Parlement (Bundestag).

La loi sera réexaminée en 2021 - ce qui laisse un répit de 5 ans.

En France, on peut imaginer que l'interdiction en vigueur depuis 5 ans sera remise en cause lors du prochain quinquennat présidentiel.

Ci-dessous la dépêche publiée ce jour par l'agence Reuters :

BERLIN, 21 juin (Reuters) - La "grande coalition" au pouvoir en Allemagne s'est entendue mardi pour interdire la fracturation hydraulique pour l'exploitation des gaz de schiste, ce pour une durée indéterminée, à l'issue de plusieurs années d'âpres débats sur la question. Les organisations écologistes ont estimé que cette interdiction n'allait pas assez loin et se sont engagées à combattre cet accord en l'état. Des forages tests seront autorisés mais seulement avec le feu vert du gouvernement du Land concerné, ont déclaré des responsables. L'industrie allemande souhaite que soit permise la fracturation hydraulique, ou dislocation de formations géologiques par injection de produits chimiques et d'eau dans les roches pour libérer les gaz emprisonnés. Selon les industriels, l'exploitation des gaz de schiste grâce à cette technologie permettrait d'abaisser les coûts de l'énergie, mais l'opposition à la fracturation est forte en Allemagne. Si la loi est approuvée par le Bundestag, l'Allemagne suivra l'exemple de la France en interdisant la fracturation hydraulique, tandis que le Royaume-Uni l'autorise dans la limite de réglementations strictes concernant l'environnement et la sécurité. L'Allemagne avait failli procéder il y a un an à un vote des députés sur une législation interdisant la fracturation hydraulique, mais les efforts engagés se sont alors heurtés à des désaccords entre l'Union chrétienne-démocrate (CDU) d'Angela Merkel et les sociaux-démocrates du SPD. Ces deux formations se sont entendues mardi sur une interdiction pour une durée indéterminée, mais le texte de compromis prévoit que le parlement fédéral réexamine la décision en 2021, comme l'a déclaré Thomas Oppermann, qui dirige le groupe parlementaire SPD au Bundestag. A la CDU, des responsables ont confirmé qu'un compromis avait bien été trouvé.

(Holger Hansen et Andrea Shalal; Eric Faye pour le service français)


HAUT


Copyright © 2013. tous droits réservés.



Contact : redaction@stop-gaz.fr    Toute reproduction de contenu est libre sous réserve de citer la source (stop-gaz.fr ).  Qui sommes-nous ?