STOP-GAZ

Gaz de schiste : une impasse

Repères historiques pour le permis de Montélimar

Note à l'attention du Conseil Départemental du Gard 16 juin 2016

Contexte :

L'exploitation du gaz de schiste démarre fortement aux Etats-Unis, vers 2005-2008, grâce aux technologies combinant les forages horizontaux et la fracturation hydraulique.

Le sous-sol français pourrait receler des ressources en gaz de schiste, notamment dans le Sud-Est et le sud-Ouest de la France. Pétrole de schiste dans le bassin parisien, gaz de houille dans le Nord et Nord-Est.

De très nombreux permis sont demandés en France à partir de 2007, par plus d'une centaine de sociétés. La plupart sont étrangères, beaucoup sont sans expérience et sans capitaux.

L'aspect spéculatif est évident (cf aujourd'hui en Lorraine avec la Française de l'Energie).

Dans notre région, Lundin demande le permis de Plaines du Languedoc (11, 34) en septembre 2008.

Total et Devon (spécialiste de la fracturation hydraulique) déposent la demande de Montélimar (26, 07, 84, 30, 34) le 4 mars 2009.

Lire la suite : Repères historiques pour le permis de Montélimar

J.P.Fournier, sénateur : question écrite le 10 mars 2016

Jean-Paul Fournier est sénateur, maire de Nîmes (Gard).

Le Gard est fortement impacté par le permis de Montélimar, ainsi que par trois autres permis autour d'Alès. Les ressources en eau sont particulièrement fragiles dans cette région karstique et faillée.

La ville de Nîmes avait déjà voté une motion en février (voir ici).

Son Maire a déposé une question écrite au Sénat le 10 mars :

 

Question écrite n° 20389 de M. Jean-Paul Fournier (Gard - Les Républicains)

publiée dans le JO Sénat du 03/03/2016 - page 824

M. Jean-Paul Fournier attire l'attention de Mme la ministre de l'environnement, de l'énergie et de la mer, chargée des relations internationales sur le climat sur les conséquences du jugement du tribunal administratif de Cergy Pontoise du 8 janvier 2016 qui annule l'arrêté du 12 octobre 2011 abrogeant le permis exclusif de recherches de mines d'hydrocarbures liquides ou gazeux dit « Permis de Montélimar ».

Ce permis de recherche, qui concerne un territoire immense englobant une bonne partie du département du Gard, pourrait avoir des conséquences importantes en termes d'environnement. En effet, de nombreux doutes subsistent dans l'utilisation de la technique de la fracturation hydraulique pourtant rendue impossible par l'article 3 de loi n° 2011-835 du 13 juillet 2011.

Cette démarche pourrait, dans les milieux karstiques comme le territoire gardois, porter atteinte de manière très durable à la ressource en eau potable et plus largement à l'environnement et donc à la santé publique de tous. Certaines études laissent même entendre que la fracturation hydraulique favoriserait les séismes, ce qui apparaît très risqué dans des secteurs où sont implantés des réacteurs nucléaires.

C'est pourquoi, il lui transmet ses plus vives inquiétudes au sujet de la remise en question de l'abrogation de ce permis et lui demande dans quelle mesure la recherche et l'exploitation des hydrocarbures non conventionnels pourrait être limitée en interdisant les forages dans les milieux les plus fragiles, comme les milieux karstiques.

 

En attente de réponse du Ministère de l'environnement, de l'énergie et de la mer, chargé des relations internationales sur le climat

Pouyanné et la logique du chaudron

Freud prenait cet exemple pour montrer combien un excès d'arguments, vrais pris iolément, aboutit à une incohérence et rend l'argumentation inaudible : "le chaudron étéit déjà fendu quand je l'ai reçu, je l'ai rendu intact, et  d'ailleurs je ne l'ai jamais emprunté".

Dans le cadre d'un colloque organisé le 11 mars à Montpellier par une association d'entreprises  (LeadeR LRMP), Patrick Pouyanné, le P-dg de Total, a voulu nous rassurer sur le gaz de schiste.

Lire la suite : Pouyanné et la logique du chaudron

Barjac : le rassemblement du 28 février vu par les medias.

 Voici une liste de liens, évidemment incomplète...

PRESSE :

http://www.ouest-france.fr/environnement/gard-plusieurs-milliers-de-personnes-reunies-contre-le-gaz-de-schiste-4062452/

http://www.montelimar-news.fr/article/barjac-:-montelimar-vent-debout-!-publie-le-29-Février-2016/1/5088.html
http://www.midilibre.fr/2016/02/28/deja-3-500-personnes-reunies-a-barjac-pour-dire-non-au-gaz-de-schiste,1292685.php

http://www.bastamag.net/Des-milliers-de-personnes-a-Barjac-pour-dire-non-aux-gaz-de-schiste

http://www.ledauphine.com/ardeche/2016/02/28/suivez-le-rassemblement-stop-au-gaz-de-schiste

http://www.metronews.fr/info/gaz-de-schiste-ou-en-est-la-france/mpbB!b2x6BCyzdDcpI/

http://www.lanouvellerepublique.fr/France-Monde/Actualite/24-Heures/n/Contenus/Articles/2016/02/29/Gard-des-milliers-de-manifestants-contre-le-gaz-de-schiste-2637499

http://www.batiactu.com/edito/forte-mobilisation-contre-gaz-schiste-a-barjac-gard-43894.php

 
RADIO, TELE :

http://www.franceinfo.fr/fil-info/article/15-000-opposants-au-gaz-de-schiste-rassembles-barjac-selon-les-organisateurs-6-000-selon-la-police-770343

http://www.20minutes.fr/montpellier/1795815-20160228-gaz-schiste-5000-personnes-opposent-exploitation-barjac

https://www.francebleu.fr/infos/climat-environnement/entre-6-et-15-000-opposants-au-gaz-de-schiste-rassembles-dans-le-gard-1456672716

http://www.francetvinfo.fr/monde/environnement/gaz-de-schiste/gaz-de-schiste-les-opposants-se-mobilisent-a-nouveau_1337609.html

 

 

Barjac : le rassemblement du 28 février, vu par son maire

Ce rassemblement contre la résurgence du permis de Montélimar et plus généralement contre la prospection et l'exctraction des hydrocarbures non conventionnels en France et ailleurs a eu un large succès, abondamment couvert par la presse, la TV, les radios (voir une liste ici).

Nous nous contenterons ici de reproduire les impressions d'Edouard Chaulet, maire de Barjac et hôte de la manifestation, dans son langage toujours aussi chaleureux mais déterminé.

publié dans le Huffington poste le 7 mars 2016 :

Mon village se mobilise contre Total à la recherche de gaz de schiste sous nos pieds

    Barjac, 1600 âmes gardoises farouches sur les questions de cantine bio et de chansons à la Ferrat, est au carrefour de trois régions : Auvergne Rhône Alpes - Provence Alpes Côte d'Azur et Languedoc Roussillon Midi Pyrénées. Le patrimoine, c'est rien moins que la grotte Chauvet, les canyons de l'Ardèche et de la Cèze, et le Pont du Gard... Barjac, une cité dite "de caractère" avec de grandes places pour les foires. L'or noir du gaz et du pétrole n'est pas sa "tasse de thé".

La mobilisation des collectifs a été ravivée par le jugement du tribunal de Cergy-Pontoise du 28 janvier 2016 permettant à Total d'explorer et de trifouiller le sous-sol. Tout est idéal ici pour que s'exprime haut et fort l'opposition à cette décision de justice. Pas de "fracking", ni de "lessivage de couche" ou de "stimulation de mère roche"... Un érotisme des mots qui contourne la loi Jacob de juillet 2011. Les collectifs se cabrent !

Lire la suite : Barjac : le rassemblement du 28 février, vu par son maire

Barjac (Gard) le 28 février : rassemblement contre le permis de Montélimar... et les autres

Depuis que  le tribunal administratif de Cergy Pontoise a décidé, le 18 janvier, de rendre à Total son permis de Montélimar abrogé en 2011, les collectifs, associations et élus opposés aux projets d'exploration du gaz de schiste montent à nouveau au créneau  (voir par exemple ici ). L'Ardèche et le Gard sont les départements les plus impactés par ce permis, qui vient s'ajouter aux trois permis en vigueur autour d'Alès (Gard). Mais la mobilisation touche de nombreux autres départements, proches ou plus lointains.

Un grand rassemblement est prévu le dimanche 28 février 2016, à partir de 11h. à Barjac - à cheval sur le permis de Montélimar et celui de Bassin d'Alès.

Dans la région, plusieurs élus ou assemblées territoriales, depuis la petite commune de Roquedur jusqu'au Conseil régional en passant par la Ville de Nîmes,  ont émis des voeux ou des motions pour marquer leur solidarité, et demandant au Ministère de prendre toutes les décisions nécessaires pour mettre fin définitivement à ce permis, et plus généralement à toute exploration ou exploitation des hydrocarbures non-conventionnels (voir ici quelques unes des prises de positions).

 

 

Restauration du permis de Montélimar : l'Etat fait appel (30 janvier 2016)

C'est officiel, le Ministère fait appel de la décision du Tribunal administratif du 28 janvier, qui rendait son permis à Total /Total Gs Shale Europe. C'est donc la Cour d'Appel Administrative de Versailles qui devra reprendre ce dossier.

Comme nous l'avions laissé entendre, Ségolène Royal affiche donc sa volonté d'aller dans le sens de la loi sur la transition énergétique, qu'elle avait portée en 2015, et dans celui de la COP21 qui préconise de diminuer fortement le recours aux hydrocarbures, source de réchauffement climatique.

Lire la suite : Restauration du permis de Montélimar : l'Etat fait appel (30 janvier 2016)

Permis de Montélimar : le retour de Total Gas Shale Europe

Le Tribunal administratif de Cergy Pontoise a décidé aujourd'hui 28 janvier 2016 d'annuler l'abrogation du permis de Montélimar - donc de restaurer ce permis. Abrogation prononcée le 12 octobre 2011 au motif que ce permis visait explicitement les gaz de schiste et nécessiterait donc la fracturation hydraulique. Le tribunal n'a visiblement pas pris en considération les documents de Total qui affirmait sa volonté de chercher et extraire le gaz de schiste en utilisant les forages horizontaux et la fracturation. Il s'est seulement appuyé sur une déclaration ultérieure de Total et Total Gas Shale Europe (sic), qui promettait de ne pas faire de fracturation. Comment peut-on avaler cette fable, alors qu'il n'existe pas, et n'existera pas avant longtemps, peut être jamais, d'autre technique, pour l'instant interdite en France ?

Lire la suite : Permis de Montélimar : le retour de Total Gas Shale Europe

Quand Total vantait le gaz de schiste et la fracturation sur le permis de Montélimar

Fin 2010 : Total venait d'obtenir le permis de Montélimar. Et il en vantait les ressources en gaz de schiste du côté de Montpellier, en remontant vers Quissac, et plus loins encore dans le bassin du Sud Est.

Très rentable, des techniques de pointe et peu coûteuses venant des Etats-Unis (forages horizontaux + fracking), du gaz de schiste et du non-conventionnel en quantité, un régime fiscal en France parmi les plus favorables du monde... rien ne manque !

Tels étaient ses arguments pour trouver des partenaires.

Lire la suite : Quand Total vantait le gaz de schiste et la fracturation sur le permis de Montélimar

Communiqué des collectifs anti gaz de schiste du permis de Montélimar

Le permis dit "de Montélimar", qui court de la Drôme à l'Hérault à travers le Vaucluse, l'Ardèche et le Gard, refait surface plus de 4 ans après son abrogation en octobre 2011.

Détenu par TOTAL, il vise clairement le gaz de schiste.

Pour les populations et les élus des territoires concernés, c'est donc retour à la case départ, pour de nouvelles mobilisations et obtenir une fin claire et définitive de ce permis.

Cela commencera par une grande journée de protestation à BARJAC (30) le dimanche 28 février.

Communiqué de presse des collectifs, 16 janvier 2016 :

Lire la suite : Communiqué des collectifs anti gaz de schiste du permis de Montélimar

TOTAL pourrait bien récupérer le permis de Montélimar

Le permis de Montélimar s'étendait sur 4327 km², sur les départements de la Drôme, l'Ardèche, le Gard, l'Hérault, jusqu'aux portes de Montpellier et aux contreforts cévenols, dans des milieux extrêmement sensibles et risqués du point de vue hydrologique (voir ici une fiche descriptive,   un dossier très complet ici  et d'autres informations et documents encore ici ainsi que les cartes en fin de cet article).

C'est l'un des trois "permis historiques", qui avait été abrogé fin 2011 par la Ministre de l'époque, Nathalie Kosciusko-Morizet, avec ceux de Nant et  Villeneuve de Berg. Ces deux derniers ont vu leur abrogation définitivement confirmée fin décembre 2015, malgré les recours de la société Schuepbach. (la demande initiale couvrait 5680 km², et Total a demandé aussi une extension "Montélimar-extension", qui pourrait bien renaître bientôt)

Lire la suite : TOTAL pourrait bien récupérer le permis de Montélimar

Infos - permis de MONTELIMAR

Le permis de Montélimar est un permis exclusif de recherche d'hydocarbures (perh) détenu par TOTAL depuis le 31 mars 2010.

Il visait explicitement le gaz de schiste dans le Sud-Est de la France, sur plus de 4300 km² à travers 5 départements (plus de 5600km² avaient été demandés en 2009).

Dans un premier temps, TOTAL (Total Exploration Production France)  était concurrent de la société DEVON (Devon Energie Montélimar SAS, d'origine américaine) pour demander ce permis en 2009.  Elles se sont associées pour obtenir ce permis conjointement. Qulques mois plus tard, le 27 septembre 2010,  TOTAL achète la sociéte Devon Energie Montélimar, et la renomme TOTAL GAS SHALE EUROPE (TGSE).  "Gas Shale" : en français, "gaz de schiste". tout un programme !

Lire la suite : Infos - permis de MONTELIMAR


HAUT


Copyright © 2013. tous droits réservés.



Contact : redaction@stop-gaz.fr    Toute reproduction de contenu est libre sous réserve de citer la source (stop-gaz.fr ).  Qui sommes-nous ?